| | | | | Version anglaise
Ronchamp Tourisme
Vivez les Vosges du Sud !

MONUMENTS ET MUSEES

               


    

 

Colline Notre-Dame du Haut

 

Située à Ronchamp (Franche-Comté), au sud du Parc naturel régional des Ballons des Vosges, la Colline Notre-Dame du Haut est un lieu d'une haute valeur historique, artistique et spirituelle. Le Corbusier y construit une chapelle en 1955. Jean Prouvé réalise un campanile dans les années 1970 et récemment, en 2011, Renzo Piano œuvre sur la colline. Ainsi est né l'ensemble architectural harmonieux composé du monastère Sainte-Claire, de la Porterie, du campanile et de la chapelle Notre-Dame du Haut. Cette dernière, bâtiment iconique, est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO le 17 juillet 2016.

Tél. : 03 84 20 65 13

Fax :  03 84 20 67 51 

Ouverture : 

Tous les jours
Du 21 mars au 16 octobre:

9:00 à 19:00


Du 17 octobre 16 avril 2017 :

10:00 à 17:00

sauf le 1er janvier 2017

accueil@collinenotredameduhaut.com   

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Maison de la Négritude

 

 

En 1789, Champagney comptait 2000 habitants, assez pauvres pour la plupart. C’est ici, sur une terre ingrate au climat rude, à des milliers de kilomètres des contrées africaines que le 19 mars 1789, les Champagnerots décidèrent de réclamer l’abolition de l’esclavage dans le cahier de doléances adressé au roi Louis XVI...
 

Pourtant, la seule connaissance qu’ils avaient de l’homme noir se limitait à la représentation d’un roi mage sur un tableau dans l’église. La maison de la Négritude est l’un des 4 sites de la Route des Abolitions.

Tél. : 03 84 23 25 45

Ouverture :  (fermé le lundi).

Du 1er avril au 30 juin :

du mardi au vendredi de 10:00 à 12:00 et de 13:30 à 17:30, les samedis et dimanches de 14:00 à 18:00
Du 1er juillet au 31 août :

du mardi au vendredi de 9:30 à 12:00 et de 13:30 à 18:00, les samedis et dimanches de 14:00 à 18:00

Du 1er septembre au 31 octobre :

du mardi au vendredi de 10:00 à 12:00 et de 13:30 à 17:30, les samedis et dimanches de 14:00 à 18:00

Du 1er novembre au 31 mars :

du mardi au samedi de 13:30 à 17:30

Visites guidées tous les jours à 16:00,

pour les groupes uniquement sur Rendez-vous.
Fermé certains jours fériés.

negritude.cpy70@wanadoo.fr

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

MUSEE DE LA MINE


Pendant 200 ans, l'exploitation de la houille a façonné le paysage et l'histoire du bassin de Ronchamp. Installations et outillages, conditions de travail, vie sociale... Le musée retrace dans les moindres détails une époque révolue, en hommage à tous ces "travailleurs de la nuit". 

Tél. / Fax  : 03 84 20 70 50 

Ouverture : 
Du 1er novembre au 30 Mars :

du mardi au samedi de 13h30 à 17h30,

Du 1er avril au 31 octobre :

du mardi au vendredi de 10h à 12h et de 13h30 à 17h30 / samedi et dimanche de 13h30 à 17h30

Visites guidées sur rendez-vous (confirmation 48h à l'avance)

Fermeture :

le 1er janvier, le 1er et 8 mai, le 15 août, le 1er et 11 novembre, le 25 décembre.

musee.ronchamp@wanadoo.fr


----------------------------------------------------------------------------------

Pensez au Pass’partout,

C'est la nouvelle formule qui regroupe les trois sites touristiques majeurs de notre secteur. Vous pouvez découvrir ces 3 sites pour 11€ seulement ! Le Pass’partout Junior destiné aux 10-16 ans est en vente à 5€.
Le Pass’partout s’accompagne d'avantages offerts chez une quinzaine de prestataires touristiques. Des cadeaux et réductions sur les hébergements, la restauration et les activités du secteur.

Vous pouvez les trouver à:

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

INTERETS TOURISTIQUES PAR COMMUNE

* BELVERNE

  

Fontaine-Lavoir 

En 1868, Pierre Pourchat, le maire du pays fit construire ce beau lavoir. L’architecte de Lure se nommait Fixer.L’édifice est en grès rose comme de nombreuses constructions du village et porte en son fronton une pierre gravée où l’on peut lire la date de sa construction :1868.

Il s’agit d’un monument plein d’élégance avec ses arcades sculptées, sa façade découpée où trône une vasque en fonte et des ornements qui le font ressembler à un petit temple dédié à la déesse "eau"...

 *CHAMPAGNEY

 

Le Bassin 

Superficie : 107 Hectares (1,07 Km2)

Retenue maximum : 13 millions de m3 d’eau

Longueur de la digue : 785 mètres

Altitude : 411,85 m

Périmètre : environ 7kms

Le barrage-réservoir de Champagney a été construit pour servir à l’alimentation du Canal de Montbéliard à la Haute-Saône, dont il est l’ouvrage essentiel. En effet, au lendemain de la guerre 1870-71, après la perte de l’Alsace et de la Lorraine, et donc l’interruption de la continuité des voies navigables d’un intérêt économique bien supérieur à celui de maintenant (Canal du Rhône au Rhin et Canal de la Marne au Rhin), on décida de rétablir la communication par la construction du Canal de l’Est qui fût réalisé en un temps record (1875-1887), et d’une liaison Montbéliard-Nancy qui avait l’avantage de desservir le bassin houiller de Ronchamp. Le projet du Canal de Montbéliard à la Haute-Saône fut ainsi approuvé en 1882. Le canal d’une longueur de 85 km devait relier le canal du Rhône au Rhin (à Fesches-le-Chatel) à la Saône (à Conflandey). Le bief de partage de ce canaI se développait quant à lui entre Châlonvillars (Haute-Saône) et la sortie du souterrain de Chérimont au Sud-Est de Ronchamp (Haute-Saône) sur une longueur de près de 10 km. A cette altitude (374,75 m), il n’existe pas de cours d’eau d’un débit suffisant en tous temps pour son alimentation. Seule une rivière à régime torrentiel : le Rahin, descendant des Vosges. étant capable d’apporter un certain volume d’eau...

 

Le Carillon de Champagney

Le patrimoine de Champagney s'enorgueillit d'un instrument merveilleux qui, livré à la folie humaine et aux caprices de la nature a risqué de se taire à jamais.

Pour tous renseignements complémentaires , joindre le carillonneur

Chistian  Luxeuil , Tel  03 84 27 92 62  christian.luxeuil@wanadoo.fr

*CLAIREGOUTTE

 

Eglise Luthérienne 

On sait peu de choses sur l’ancienne église de Clairegoutte , dont l’origine remonterait au 12ème siècle. Elle est bâtie dit-on, sur les ruines d’un ancien temple païen. L’angle nord-est de l’édifice laisse deviner une niche destinée à une statue ; quand à la façade ouest, elle a un caractère roman très marqué. Cette église fut profondément rénovée en 1734 et un clocher de pierre fut bâti en 1777 en remplacement de deux clochers en bois. Son emplacement est particulier, au milieu de la façade qui regarde le village et non à l’une des extrémités de la nef comme le veut la coutume. Les fenêtres, de forme rectangulaire, s’inspirent de celles de l’église luthérienne Saint-Martin de Montbéliard, dans le style de l’architecte Schickhardt...

 

La Clouterie 

Ce bâtiment typique est accolé à la grange traditionnelle. De forme carrée et plus haut que celle-ci, l’ensemble reste massif. L’atelier de la clouterie se situe en face de la ferme. Les activités artisanales se positionnaient sur les territoires en fonction de la présence d’énergie hydraulique, mais peu à peu cette ressource devint de plus en plus rare.

Au 18ème siècle, nombre de  ces activités artisanales faisaient face à la suprématie de Montbéliard.

*FREDERIC-FONTAINE 

 

Mairie-Ecole-Eglise 

Frédéric-Fontaine est la seule commune en France à posséder dans un même corps de bâtiment la mairie, l’école, le logement de l’instituteur et le temple d’un seul niveau en grès bouchardé, travaillé en grand appareil.

Cet oratoire protestant a été aménagé en 1834. Desservi par le pasteur de Clairegoutte, paroisse dont les habitants dépendent depuis sa création, le temple possède une seule cloche gravée...

*PLANCHER-BAS

 

Retable de l'église 

L’église de Plancher-Bas date de 1488 et est dédiée au culte de Saint-Pancrace. L’édifice fut détruit par un violent incendie en1771. La nef et le clocher ont rapidement été rebâtis l’année suivante.

A l’intérieur, deux retables datent du 18ème siècle, l’un représentant la Vierge du Rosaire et l’autre représentant le martyre de Saint-Pancrace.
On trouve également dans l’église Plancher-Bas, deux statues en bois du 18ème siècle, représentant Saint-Guérin et Saint-Joachim.

*RONCHAMP

 

Puits Sainte-Marie

Le fonçage du Puits Sainte-Marie débute le 1er avril 1864, au pied de la colline de Bourlémont. Profond de 359 mètres, dans des terrains de grès et d’argiles rouges, ce forage ne produit que très peu de charbon.

En 1880, ce puits en béton devient le principal puits d’aération pour les autres puits d’extraction.
Son rôle diminue progressivement et l’activité cesse. En 1921, l’utilisation du Puits du Chanois, non loin, relance l’activité du Puits Sainte-Marie, le chevalement est alors reconstruit en béton en 1924.

Dans les bassins houillers, l’aération est primordiale afin de lutter contre :

  • le dioxyde de carbone provenant de la respiration humaine et de la décomposition des boisages,
  • les poussières de charbon,
  • la température élevée,
  • le grisou, qui est en fait du gaz méthane, qui se dégage des couches de charbon. Il devient explosif dès qu’il atteint une concentration de 5%.

Après sa fermeture en 1958, les galeries du Puis Sainte-Marie sont comblées. Grâce au Docteur Maulini, médecin de la mine et fondateur du musée éponyme, sa destruction est évitée.

Le carreau est aménagé et sécurisé en 1994.

Aujourd’hui, le Puits Sainte-Marie est le seul vestige visible de l’activité minière sur Ronchamp.

 

Cube des Prêles

En 1989, la ville de Ronchamp entreprend la rénovation de son centre, en particulier de ses deux places principales : celle de la Poste et de l’Eglise et celle du Marché.

C’est ainsi qu’en partenariat avec la Direction Départementale de l’Equipement, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lure, l’Etat et la Région, le Département, les fonds européens FEDER, qu’un concours d’architecture urbaine est lancée en 1990.

Ces deux espaces n’avaient pas subi de changements notables depuis les années trente et laissaient alors une mauvaise impression aux visiteurs de plus en plus nombreux, trouvant alors peu de lien entre la célèbre œuvre de Le Corbusier et le village d’en bas.

L’idée retenue est celle de l’équipe du sculpteur parisien Polska qui proposait d’intégrer dans une véritable métamorphose du centre de Ronchamp les deux axes historiques de son passé : celui de la mine et du charbon auquel la ville doit une grande partie de son existence et celui de sa Chapelle Notre-Dame du Haut qui l’a fait connaître au niveau mondial. 

Le groupe d’artistes eut l’idée de superposer au sol des alignements en matériaux divers suggérant les strates géologiques profondes et des sculptures et objets urbains dont les lignes et les couleurs font référence sans le copier, à l’esprit du « Ronchamp d’en haut ». A centre d’un complexe associant cheminements, places, stationnements et espaces de vie, le Cube des Prêles vient cristalliser le tout.

La pureté de ses plaques noires de granite protégeant un groupe de prêles en bronze symbolise à lui seul toute l’histoire de Ronchamp. Les prêles, végétaux du lointain carbonifère à l’origine de la formation du « charbon de terre », sont ici les racines profondes de la cité, mariées à son présent et sa nouvelle jeunesse, exprimée par cette réalisation d’architecture urbaine originale.
Situé sur la place du marché, ce monument intègre les sentiers miniers qui sont proposés aux visiteurs à Ronchamp.

Communauté de communes Rahin et Chérimont
Offices de Tourisme de France
Massif des Vosges
Parc naturel régional des Ballons des Vosges
Ronchamp Tourisme
25 rue Le Corbusier
70250 RONCHAMP